Longtemps situé sur la rue Palacio au centre de Cusco, le musée de la Coca se trouve maintenant sur la Plazoleta San Blas, au cœur du quartier bohème de la ville. Petit musée qui ne paie pas une mine au premier regard, situé au premier étage d’une vieille bâtisse de la place, il est vaut le détour d’autant plus qu’il est… gratuit !

Entrée du musée sur la plazoleta San Blas

Entrée du musée sur la plazoleta San Blas

Le musée de la Coca répond à une nécessité de conserver et de diffuser l’importance de cette plante ancestrale, considérée comme un symbole de la culture andine. Le musée est un espace montrant la feuille sacrée sous différents angles : historique, éducatif, culturel, social et scientifique. Il offre une belle approche sur cette mystérieuse plante que l’on voit constamment au Pérou et en Bolivie.

La visite commence par diverses vitrines qui mettent en scène l’utilisation de la coca. On peut y voir notamment des statuettes incas avec une joue gonflée car elles sont en train de mâcher de la coca. On y apprend également que l’un des sites les plus importants en Amérique du Sud a été construit grâce à la feuille de coca… eh oui, il en fallait de l’énergie pour construire le Machu Picchu !

Début de la visite

Début de la visite du musée

La légende de la déesse Kkoka est un point très intéressant du musée, une histoire peu connue. Au début de l’empire incas est apparue une femme magnifique. On dit qu’elle avait les cheveux vert, et qu’elle était capable de séduire n’importe quel homme d’un seul regard. Elle rendait tous les hommes fous amoureux, puis disparaissait. Sa sensualité les laissait obsédés et les menait parfois même à se donner la mort par désespoir. Cette histoire vint aux oreilles de l’Inca, qui ordonna à ses prêtres de la lui amener, mais eux aussi tombèrent sous le charme de la déesse. Ils avertirent l’incas de rester ferme, et la déesse fut exécutée puis enterrée.

Le calme revint dans l’empire, et quelques temps après la sépulture commencèrent à pousser des plantes vertes sur la tombe, avec des feuilles douces et amères à la fois, à l’image de la déesse Kkoka. Les prêtes amenèrent les feuilles de cette mystérieuse plante à l’Inca, qui sentit une irrésistible envie de les mettre à sa bouche et de les mastiquer. Nous vous laissons imaginer la suite… C’est ainsi que les hommes commencèrent à mâcher la feuille de coca.

Le musée propose également d’avoir une petite idée de comment lire la feuille de coca, il montre les divers évènements du développement de la coca sur une ligne du temps, un aperçu du rôle de la coca dans les cérémonies, la commercialisation de la coca, l’influence des espagnols sur cette plante sacrée, ainsi que son processus de transformation jusqu’à produire des substances illicites. Après la visite vous pourrez acheter des produits à base de coca, de la feuille brut jusqu’au bonbon, crème et autres dérivés.

Petit magasin spécial coca à la fin de la visite

Petit magasin spécial coca à la fin de la visite

Bonbon de coca

Bonbon de coca

Moins scientifique et complet que le musée de la Coca de La Paz en Bolivie, celui de Cusco offre tout de même une visite agréable et un bon apprentissage des rudiments de cette fameuse plante. Un bon moyen d’en savoir plus sur les traditions ancestrales de l’empire incas !

Cérémonie en l'honneur de la Pachamama

Cérémonie en l’honneur de la Pachamama