Le Pérou (1 285 215 km²) situé à l’Ouest de l’Amérique du sud, est entouré de l’Equateur et la Colombie au nord, du Brésil à l’est, de la Bolivie et du Chili au sud. Il est bordé à l’ouest par l’océan Pacifique  avec 2414 km de littoral. Il est compris entre la ligne équatoriale, et le Tropique du Capricorne.

Carte du Pérou et ses pays voisins (source: diplomatie.gouv.fr)

Carte du Pérou et ses pays voisins (source: diplomatie.gouv.fr)

Il est, de par sa superficie, le 3ème  pays d’Amérique du Sud, et le 26ème au niveau mondial.

Le Pérou se trouve au point de rencontre de la plaque tectonique continentale et de la plaque de Nazca, ce qui a produit la Cordillère des Andes. De ce fait, le Pérou est un pays à haut risque sismique. Les inondations et glissements de terrains (les huaycos) sont dus au courant marin El Niño. Celui-ci, en réchauffant les eaux de l’océan pendant l’hiver austral, provoque un phénomène climatique cyclique et imprévisible qui se traduit par des chutes de pluie intenses.

Le lac Titicaca est le lac le plus grand d’Amérique du Sud, avec 8.380 km ². Il est aussi le lac navigable le plus haut du monde avec ses 3800m. Ce lac tectonique, anciennement grand lac Ballivián, est partagé par le Pérou et la Bolivie. En lui, 20 rivières versent leurs eaux, le Ramis, l’Ilave et le Huancané, entre autres pour le côté péruvien. Il enregistre des vagues et des marées et comprend 36 îles.

Le Pérou est le pays avec la plus grande variété de climats dans le monde (28 à 32).

La proximité de la ligne équatoriale laisse supposer un climat éminemment tropical ; toutefois deux facteurs l’altèrent considérablement. D’abord l’existence de la haute Cordillère des Andes parallèle en Amérique du Sud à l’Océan Pacifique et, deuxièmement, le Courant froid péruvien ou de Humboldt qui se manifeste du sud au nord jusqu’à la latitude 5° sud et qui se heurte avec le Courant d’El Niño sur les côtes de Piura et Tumbes jusqu’à la latitude 3.2°, au sud de la ligne équatoriale. Cette réalité, ajoutée à l’anticyclone du Pacifique sud est à l’origine d’une diminution des températures moyennes annuelles de quelque dix degrés centigrades.

La Côte

La côte centrale où se situe la capitale Lima, possède des caractéristiques climatiques d’ordre subtropical désertique avec pénurie de pluies pendant toute l’année. Le climat est tempéré-chaud, absent de froid extrême mais aussi exempt d’extrême chaleur. Les hivers de mai à septembre sont tempérés et humides avec une radiation solaire très basse et des brumes persistantes, la température moyenne oscille entre les 13 °C et les 19 °C.

La côte sud est moins humide et avec une plus grande radiation solaire pendant les jours d’hiver que la côte centrale, la température se maintenant à 22 °C pendant le jour bien que pour les nuits elle atteigne des températures plus froides, autour de 8 °C. Les étés qui sont de décembre à avril, maintiennent des températures chaudes de 28 °C pour les après-midi et 22 °C pour les nuits. La région du désert de Nazca obtient des températures supérieures pendant l’été. Le printemps et l’automne maintiennent des températures qui oscillent entre les 17 °C et 22 °C.

Sur la côte nord le climat est plus chaud et approche en moyenne les 25 °C. Les régions est de Lambayeque, Piura et Tumbes présentent des précipitations qui oscillent entre les 50 et les 200 mm seulement pendant les étés et le climat est de tropical-sec ou davantage connus comme de type savane tropicale. Les hivers sont chauds mais très secs, rarement la température baisse des 25 °C pendant le jour, bien qu’elle baisse jusqu’aux 16 °C les nuits. En hiver existe la présence de vents sur la côte étant donné la présence du courant froid de Humboldt qui vient du sud au nord affecter le climat tropical qui devrait se manifester à ces latitudes. Les étés sont au contraire très chauds et il existe des nuits pluvieuses. Les températures approchent parfois les 35 °C pendant l’après-midi et l’humidité est augmentée grâce à l’intervention momentanée du courant chaud d’El Niño qui vient du nord au sud entre les mois de décembre à avril. Le printemps et l’automne maintiennent des températures chaudes qui en moyenne oscillent entre 28 °C pendant le jour et 19 °C pendant les nuits.

Quand se présente le phénomène climatique connu comme El Niño c’est à dire quand la température de la mer dépasse les 27 °C pendant les étés le climat de toute la côte varie substantiellement provocant inondations qui provoquent des dommages de diverse nature et le climat se tropicalise. Cela se manifeste non seulement dans la radiation solaire qui caractérise les étés et les printemps mais aussi dans la végétation comme cela se produit dans les départements de Piura et de Tumbes.

La Cordillère Blanche

La Cordillère Blanche est la chaîne tropicale la plus haute du monde. Entre ses sommets enneigés, qui dépassent les 6.000 m, se détache le Huascarán, la montagne la plus haute du Pérou (6768m). Il convient en outre de souligner la présence de l’Alpamayo (5947m), considéré comme le sommet enneigé le plus beau du monde et le Pasto Ruri (5200m), très fréquenté par des touristes. La cordillère Blanche a une longueur de 250 km et traverse le département d’Ancash. Le sommet enneigé de Pelagatos, au nord, et le nœud de Tuco, au sud, établissent ses limites. Avec la cordillère Noire, de plus petite altitude et sans sommet enneigé, elle forme l’attrayante Allée de Huaylas, par laquelle s’écoule la rivière Santa. Le parc du national du Huascaran est inscrit sur la liste du patrimoine naturel mondial depuis 1985.

La Cordillère Blanche (source: voyages-privatises.com)

La Cordillère Blanche (source: voyages-privatises.com)

La Cordillère des Andes

La montagne a un climat de haute montagne tropicale varié et à la fois à contre saison de celui de la côte. C’est-à-dire, que lorsque sur la côte c’est l’été, en montagne c’est hiver. De plus, les diverses altitudes influencent ses reliefs qui produisent des microclimats et des précipitations variées. L’oscillation de température entre le jour et la nuit est plus prononcée. Il y a des zones, comme la Cordillère Blanche qui doit sa dénomination aux neiges et aux glaciers perpétuels.

La plaine Amazonienne 

La plaine amazonienne, la plus vaste des trois régions, avec 739.676 km ², représente 57.6% du territoire péruvien, apparaît à l’est de la cordillère andine sous les 400 m. En elle résident seulement 10% des péruviens.

Dans la jungle d’altitude, le climat est plutôt tempéré et modéré. La forêt elle-même, de par sa nature propre et sa situation éloignée des influences de la côte et de l’Equateur, a un climat tropical avec des pluies quelques 200 jours par an. La chaleur permanente contribue à l’évaporation rapide des pluies et par conséquent, à une humidité de différents parfums, suivant les plantes ou les arbres.

Zones écologiques

Il y a trois grandes zones écologiques :

–          La Côte, humide l’hiver (surtout a cause des entrées maritimes, brouillard), même s’il ne pleut que très peu par an (moins de 2cm par an). Le paysage est désertique, dû au courant maritime froid Humboldt qui remonte depuis l’Antarctique.

–          La Sierra, zone montagneuse au centre du pays d’une altitude moyenne de 3500m.

–          La Selva ou la jungle, a l’est, représente plus de 60% du territoire total du Pérou.

Les zones écologiques (source: nature-perou.com)

Les zones écologiques (source: nature-perou.com)

Etages écologiques

Le Pérou est divisé également par des niveaux écologiques ou étages. Les Incas ont su les utiliser et ainsi souder les peuples entre eux par les échanges commerciaux entre ces différents étages. De l’ouest vers l’est, nous avons :

  1. La Côte se situant entre l’Océan Pacifique jusqu’à 500m d’altitude, du nord au sud.
  2. Les Yungas qui s’étendent de 500m à 2500m d’altitude, sur les flancs de la Cordillère des Andes.
  3. La zone Quechua, de 2500m a 3500m, sur les flancs de la Cordillère des Andes.
  4. Suni, de 3500m a 4100m d’altitude.
  5. Puna, de 4100m a 4800m d’altitude
  6. Jalca ou Cordillera de 4800m à plus, les neiges et glaciers.
  7. La Selva Haute ou région Rupa Rupa s’étend entre 500m et 2500m d’altitude sur les flancs de la Cordillère des Andes.
  8. La Selva Baja ou région Omagua, l’Amazonie en dessous des 500m d’altitude.

La Mer froide

La mer la plus riche de toute la planète, caractérisée par le courant de Humboldt, qui apporte des eaux froides depuis le sud du Chili, au nord de l’Antarctique. Le point où on trouve la plus grande diversité est dans la mer de Paracas et l’île des Loups de Terre (Piura), où les eaux ne sont comparables à aucunes autres sur la planète. On y trouve comme activités économiques la pêche.

La Mer Tropicale

Caractérisée par le courant d’El Niño qui apporte des eaux d’une moyenne de 26 °C de température depuis le Mexique. C’est la seule partie du Pérou où l’on peut trouver des récifs de corail et mangroves, pour cela les espèces qui vivent ici sont totalement différentes à celles de la mer froide. Elle commence depuis le sud du département de Piura et elle s’étend jusqu’au nord. Pour être d’une atmosphère tropicale, dans cette zone se trouvent plusieurs des meilleures plages du Pérou, entre elles il y a : Máncora, Pointa Sal, Zorritos, Yacila, Colán et bien d’autres.

Forêt tropicale du Pacifique

La forêt située dans le département de Tumbes est une petite portion de ce qui était avant une forêt tropicale énorme qui s’étendait depuis le nord du Guatemala jusqu’au Pérou. En terme de biodiversité, cette zone a l’une de celles les plus riches de toutes les écorégions (dépassé seulement par les forêts amazoniennes), ceci est du au fait que dans ce lieu, on rencontre des animaux de l’Amazonie comme des singes et des jaguars, mais aussi des animaux de montagne comme le condor et le chevreuil, cela dit, il y a aussi des espèces uniques. Cet habitat incroyable se trouve dans la Zone Réservée de Tumbes à 3 heures de la ville homonyme.

Forêt sèche

C’est une combinaison entre des forêts sèches de l’Inde avec la savane africaine, qui s’étend depuis le département de Lambayeque jusqu’en Équateur. Principalement, c’est une forêt qui a grandi dans un désert, où peuvent seulement vivre peu d’espèces d’arbres. Le caroubier et le ceibo sont quelques espèces qui peuvent supporter la sécheresse de cette zone. Toutefois la faune est très diverse. Ici, des animaux du désert cherchent refuge et on trouve aussi des espèces autochtones de la zone.

Déserts

Il y en a de deux sortes, l’un plat avec des montagnes près d’eux et l’autre avec des dunes (certaines hautes de plus de 200 mètres). Le premier se trouve d’abord dans presque toute la côte péruvienne tandis que le deuxièmement seulement dans le département d’Ica. Tous les deux sont les plus secs du monde, toutefois ils furent le foyer de civilisations avancées comme les Moche, Vicus, Paracas, Nazca, et Lima entre autres.

Désert d'Ica (source: ibellhop.com)

Désert d’Ica (source: ibellhop.com)

Montagne steppique

Elle comprend les territoires du côté occidental de la Cordillère des Andes, et commence à environ 1.000 mètres d’altitude, juste au-dessus de la couche de nuages qui couvre généralement la côte. C’est une terre de grandes montagnes et de précipices ; de vallées fertiles et de torrents qui ont modelé le paysage pendant des millions d’années en formant de profonds canyons. Son climat est sec et très ensoleillé, mais froid pendant les nuits. Les pluies sont fréquentes dans les zones plus hautes, proches de la puna, mais diminuent en redescendant vers le désert. C’est la terre des ceibos, qui parsèment ces montagnes, plusieurs types de cactus et quelques arbustes de fleurs très colorées, comme la chinchircuma et la cantuta, la fleur nationale du Pérou. La montagne steppique est aussi là où vivent le puma et le chevreuil gris ; le guanaco et le chat sauvage des montagnes ; la vizcacha, et le renard andin. Dans leurs cieux abondent les oiseaux : colibris, aigles et faucons bruns foncés et perruches, ainsi qu’une grande variété de petits oiseaux affamés de semences.

Puna

Région extrême et pratiquement inhabitable qui se trouve à plus de 3.800m. Elle possède un climat très dur, caractérisé par de grandes variations de température : froid intense les nuits et chaleur pendant le jour. Elle compte avec une saison de pluies, connue comme « hiver » dans la montagne, qui commence en décembre et se prolonge jusqu’à mars, bien que hors d’elle les averses ne soient pas peu communes. Son relief est principalement plat, avec de grandes plaines ou pampas couronnés par des cordillères escarpées. C’est dans ces dernières que l’on trouve les glaciers et sommets enneigés, imposants monts de glace et de neige qui dépassent souvent les 6.000 mètres d’altitude. Là abondent les lagunes couleur émeraude, où se forme une grande partie des rivières qui parcourent le pays. La puna est, avant tout, une terre d’extrêmes. Un lieu où les inclémences du climat et la pénurie d’oxygène ont limité le développement de la vie, et où seulement quelques créatures spécialement adaptées ont pu survivre en supportant le froid et en profitant du peu de ressources que le milieu leur fournit : le kolle et le queñual, espèces qui forment les forêts de haute altitude, les énormes pâturages d’ichu et la puya de Raimondi. C’est le royaume du condor andin majestueux et les flamands andins ; des vigognes gracieuses et du puma ; des vizcachas, rongeurs apparentés avec les lapins, et de la belle taruca, le cerf le plus grand des Andes.

Páramo

Le Páramo est une sorte de puna humide. Une terre de climat froid et très pluvieux, généralement couverte par un manteau de brouillard qui confère au paysage une touche de mystère. Il se trouve seulement dans quelques lieux du Pérou, principalement à Cajamarca et en la montagne de Piura. Situé à plus de 3.000 mètres d’altitude, où l’air est généralement glacé, y poussent de curieuses forêts d’arbres en miniature : les forêts naines. Ses troncs, tordus et toujours couverts d’un lourd abri de mousse, sont le foyer de créatures plus étranges encore. L’une d’elles est le pudú ou sachacabra, chevreuil à peine de 30 centimètres de hauteur. Le rare tapir laineux est l’un des habitants de ce lieu, plusieurs espèces de chauve-souris, l’ours a lunette ou ucumari, le chevreuil du désert et une petite musaraigne, seul insectivore mammifère du Pérou, découvert récemment par les scientifiques.

Jungles d’altitude ou Yungas

Les plus grands territoires de la haute jungle sont étendus le long du flanc oriental de la Cordillère des Andes, juste au dessus de la plaine amazonienne. Son climat est chaud et très humide, au fur et à mesure que l’on s’approche des hauteurs andines. Il pleut ici plus que dans aucun autre lieu du pays (jusqu’à 5.000mm annuels), ce qui permet qu’il se forme de nombreux torrents et cascades d’eau cristalline. Son relief est montagneux et complexe, avec des vallées étroites et des ravins profonds, toujours couverts par une forêt impénétrable. Dans leurs parties plus hautes, généralement entourées en brouillard et bruines, se trouvent les forêts de nuages, tandis que dans les zones plus basses on trouve les collines qui forment celle appelée « sourcil de montagne ».

La végétation dans les yungas est peut-être la plus exubérante des tropiques, avec beaucoup d’orchidées, bégonias géants et fougères arborescentes. Celui-ci est aussi le foyer du coq des roches, l’oiseau national du Pérou ; l’ours à lunettes, seule espèce d’ours sud-américain; les quetzals, le canard des torrents, plus de vingt variétés de colibris et plusieurs douzaines d’espèces d’oiseaux fructivores.

Jungle ou forêt basse

La forêt ou la forêt pluvieuse tropicale, est l’habitat le plus divers de la planète ; il couvre deux tiers du territoire péruvien. Ici vit la majorité des espèces de plantes et animaux du monde. Il possède un climat chaud et très humide, avec des pluies entre décembre et mars, avec de fréquentes averses tout au long de l’année. Les grandes rivières abondent ici, (Amazonas, Ucayali, Madre de Dios), sources d’aliments et moyens de communication entre les peuples. Il y a aussi de nombreuses lagunes ou lacs, ainsi que des marais.

La flore de cette région est composée de plus de 20.000 espèces de plantes (arbres a bois fin, fruits utiles à l’homme et plantes médicinales). La faune, pour sa part, est extraordinairement riche et variée. Entre les habitants les plus illustres de la forêt tropicale, il y a les singes, comme le maquisapa et le coto ; les félins comme le tigrillo, le puma et le jaguar ; le sachavaca ou tapir, et le rongeur le plus grand du monde : le ronsoco. Ses eaux sont peuplées de grands poissons comme le paiche et le zúngaro, de deux types de dauphins de rivière et plusieurs tortues aquatiques.

La forêt basse loge environ mille variétés différentes d’oiseaux : depuis l’aigle harpie imposant jusqu’à de minuscules colibris ; de grands reptiles comme le caïman noir et l’anaconda ; et nombre encore inconnu de grenouilles, araignées et insectes. Il existe des zones isolées avec la plus grande biodiversité de la planète : le Parc National du Manu, inscrit au patrimoine naturel de l’humanité depuis 1987 et la Réserve de Tambopata – Candamo (spécialement le secteur du Candamo qui est la dernière forêt totalement vierge de la planète, où peuvent seulement accéder des expéditions préalablement autorisées). Indépendamment de cela d’autres secteurs sont la Réserve Nationale Pacaya – Samiria, la Réserve Nationale de Güeppi, appelé le ” ; frère du Manu” ; le Parc National Madidi en Bolivie et le Parc National Jaú au Brésil.